Actualités

Entrepreneurs, bienvenue dans… les CAE !

Les coopératives d’activités et d’emploi (CAE) permettent à tout entrepreneur de développer son projet d’activité. Le tout en étant accompagné gratuitement dans son parcours. Dans le cadre du volet "Je teste mon projet" du dispositif « Je crée dans ma région », la Région Auvergne-Rhône-Alpes accompagne les 16 CAE de son territoire. Présentation des CAE et de leur offre.

La CAE, quel intérêt pour vous ?
La CAE offre de nombreux avantages : un cadre et un hébergement juridique, un accompagnement individuel et collectif tout au long du parcours. Mais aussi des services support (fiscalité, administration, gestion, comptabilité), et un transfert progressif de compétences à la fonction entrepreneuriale. Il s’agit d’une période de test via le Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (CAPE), au cours ou à l’issue de laquelle la pérennisation de l’activité est appelée à se concrétiser par un Contrat d’Entrepreneur Salarié Associé (CESA). Pendant la période test, un demandeur d’emploi continuera de percevoir l’ARE tout en disposant du SIRET collectif pour émettre devis et factures et éprouver, la viabilité de son projet. Une fois l’essai réussi, le CESA permet de conjuguer la liberté d’entreprendre et la sécurité du régime salarial (maladie, retraite…).

Que proposent les CAE ?
Au sein de toutes les coopératives, les services sont mutualisés. Les personnes qui rejoignent une coopérative ne gèrent pas les aspects comptables, administratifs, financiers. Ils ne s’occupent pas des déclarations URSSAF ou fiscales, et peuvent se concentrer sur le développement de leur activité. Chaque entrepreneur dispose de sa ligne analytique propre au sein de la comptabilité générale. Il ne s’agit pas de prestation de services, mais d’un outil collectif puisqu’il appartient à tous. À 3 ans et 1 jour de présence dans la coopérative le porteur de projet d’origine devient automatiquement associé de la coopérative (il peut aussi le devenir avant !). La gouvernance s’applique sur la base d’1 personne égale 1 voix.

Comment fonctionne le réseau des CAE ?
La logique de solidarité prône : non-concurrence, promotion collective du modèle, application concrète des valeurs portées par l’Union Régionale des SCOP. Une méthode et un principe qui se retrouvent dans les bilans ou les actions de communication, produits collectivement. De nombreuses CAE sont généralistes, même si chacun a sa singularité et son identité, d’autres sont spécialisées. Les informations sont partagées et les porteurs de projet parfois aiguillés vers une structure plus proche de leur territoire, peut-être mieux à même de répondre à leurs besoins.

Quels sont les enjeux et la plus-value ?
L’enjeu majeur est une meilleure compréhension du statut entrepreneur-salarié, largement méconnu du grand public et des acteurs institutionnels. Il offre pourtant davantage de sécurité, socialement parlant, que le statut d’auto-entrepreneur par exemple. Un autre objectif est de continuer à agir dans tous les territoires, en étant présent partout. Le développement d’antennes et de relais de coopératives est primordial, dans tous les secteurs, afin d’accompagner le plus grand nombre de porteurs de projets. Il s’agit de poursuivre le maillage jusque dans les zones les plus rurales. Enfin, il faut aussi valoriser la pertinence du modèle : sa plus-value sociale, c’est-à-dire donner sa chance à tous, mais aussi sa pertinence économique. L’outil et la mécanique qui sont proposés fonctionnent : des personnes en vivent et deviennent codirigeantes des structures.
Les CAE affichent des résultats tangibles : pour un euro versé par les pouvoirs publics aux CAE, ces derniers génèrent 11€ de recettes pour la collectivité.